ECONOMIE

Projet de loi logement, contestations à tous les étages ?

Le projet de loi « portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique », dont l’examen en séance publique débute le 28 mai prochain à l’Assemblée nationale, génère de nombreuses expressions hostiles. Alors que le Gouvernement le présente comme un texte utile pour construire plus vite et moins cher, les acteurs économiques, les organisations professionnelles et associations y voient d’abord et avant tout des mesures de dérégulations. Le Président de la République n’a d’ailleurs pas caché cette intention, déclarant, en septembre dernier, à l’occasion des conclusions de la table ronde « Logement d’abord », vouloir agir «Y compris sur des normes de très bons sentiments, environnementales ou sociales ».

Le monde hospitalier et les associations de solidarité, pas "aidés" par la suppression de leurs contrats

Le Premier ministre, Edouard Philippe, et la Ministre du Travail, Muriel Penicaud, ont exprimé à plusieurs reprises durant l’été leur volonté de diminuer le nombre de contrats aidés dès septembre 2017. Le secteur associatif et les fédérations professionnelles hospitalières, qui recourent fréquemment à ce type de contrat,  montent au créneau pour défendre le maintien des contrats d’insertion et emplois d’avenir.

Les fédérations professionnelles et le putsch de l'économie du partage

Comme l’affirmait récemment Alexis Normand dans un édito publié dans Les Échos, « les nouveaux acteurs du numérique bouleversent l’ordre établi et les corporatismes ». Dans un contexte mêlant l’omniprésence des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) et la pérennité de la crise, nous assistons depuis plusieurs années à l’émergence d’une nouvelle forme d’entreprises venues de la Silicon Valley, les start-ups de la « sharing economy » (économie du partage ou économie collaborative). Ces nouveaux acteurs de l’économie du partage s’affranchissent des règles des secteurs dans lesquels ils s’établissent. Notamment en ce qui concerne la représentation professionnelle, légitimement assurée jusqu’alors par les fédérations professionnelles. 

L’atout de la franchise pour résister à la crise : le réseau

En raison d’un contexte économique difficile, le nombre de créations d’entreprises ne cesse de reculer. Cependant, la franchise résiste à cette tendance et tire son épingle du jeu pour l’année 2013.

L'appel du mouvement des "sacrifiés"

ofop, organisations, federations, professionnelles, mouvement, mobilisation, sacrifies, petition, revendication, mouvement, activites, president

Mouvement des « sacrifiés » : mobilisation pour l’instauration de mesures immédiates en faveur de l’artisanat et du commerce de proximité.